Derniers commentaires

d’après moi le lexomil est parfait ...

12/09/2017 @ 14:22:43
par eliad


A votre attention svp aide aux ...

15/07/2017 @ 14:20:35
par SCOCI


Le Pr. Bernard Glorion fit le ...

31/05/2016 @ 17:49:08
par Cretien


Bonjour Je découvre votre site et je ...

05/05/2016 @ 11:44:21
par Dany


Effets secondaires mortels. Le ministère de ...

10/05/2015 @ 12:49:18
par gard


Calendrier

Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 << < > >>
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Annonce

Qui est en ligne?

Membre: 0
Visiteur: 1

rss Syndication

Liens

 
31 Aoû 2013 - 15:29:28

antidépresseurs

plus de 4800 drames attribués aux antidepresseurs et a leurs sevrages

les antidépresseurs dans le top des médicaments qui tuent

La sérotonine est un neurotransmetteur qui influe sur notre humeur, le sommeil et l’anxiété. Des niveaux élevés conduisent à l’anxiété, et de faibles niveaux à la dépression. Les ISRS (inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine) sont des médicaments sur ordonnance utilisés pour réguler les niveaux de sérotonine dans le cerveau, communément appelés les antidépresseurs. Les antidépresseurs comme le Prozac, le plus « populaire », le Zoloft, le Paxil, l’Effexor, et le Lexapro peuvent conduire à une akathisie, une condition caractérisée par une agitation constante, souvent associés à un comportement antisocial, à la violence et au suicide. Très ironiquement, les antidépresseurs peuvent rendre votre dépression encore pire. La dysfonction sexuelle, le saignement gastro-intestinal, les maladies cardio-vasculaires, et les troubles de l’humeur ne sont que quelques-uns de leurs effets secondaires potentiellement mortels.

Antidépresseurs, violences et suicides
Au contraire, les études menées sur certains ISRS (les premières mises en garde dans la littérature spécialisée concernant la Fluoxétine datent déjà de 1983[1]) ont montré une augmentation des passages à l’acte auto- et hétéro-agressifs et ce non seulement chez des patients avec un diagnostic de dépression mais aussi, ce qui est encore plus inquiétant, chez les volontaires sains

Les effets bénéfiques des médicaments psychiatriques sont si minces, dit-il, qu’il serait possible d’arrêter l’utilisation actuelle presque complètement sans causer de dommages. Il recommande d’arrêter l’utilisation de tous les médicaments antidépresseurs ainsi que ceux du TDAH et de la démence, et de prescrire seulement une petite fraction des antipsychotiques et des benzodiazépines utilisés actuellement.

«Ces nouvelles mises en garde précisent que les patients de tous âges qui prennent ces médicaments peuvent présenter des changements comportementaux et/ou émotifs pouvant être associés à un risque accru de poser des gestes autodestructeurs ou de faire du mal à autrui».

« Antidépresseurs : des placebos potentiellement mortels ? »
Plus de 2.000 suicides liés au Prozac ont été signalés jusqu’à l’automne 1999 à l’agence états-unienne du médicament (FDA). Ce risque était connu des laboratoires, et lors de procès intentés aux Etats-Unis à la firme GSK, on a appris l’occultation délibérée du risque suicidaire du Déroxat, majoré chez les enfants. Depuis, les antidépresseurs portent un « label noir » aux Etats-Unis et ne peuvent être prescrits en ville qu’aux personnes âgées de plus de 24 ans. En France, certaines estimations parlent de 3.000 à 4.000 suicides par an, liés aux antidépresseurs

Ces médicaments qui tuent : quelle responsabilité des systèmes de santé et des médecins ?

60 % de prescriptions ou de médicaments inutiles sont vendus 10 à 100 fois leur prix de revient à 25 millions de bien-portants, « souffrant » de maladies qui n'existent guère, inventées par l'industrie pour son profit
 
il est raisonnable de penser que le prozac peut-être associé à 156.060 décès par suicide et 2 520 000 réactions indésirables
Les individus, âgés de 25 ans et au-dessus, qui prennent des médicaments ISRS doivent savoir qu'ils ne sont pas à l'abri du risque suicidaire (voir ci-dessus) ou des nombreux effets secondaires associés à ces médicaments Les effets secondaires courants comprennent l'anxiété, la dépression, maux de tête, douleurs musculaires, douleurs à la poitrine, nervosité, insomnie, somnolence, faiblesse, changements de la libido, tremblements, bouche sèche, irritée estomac, perte d'appétit, des étourdissements, des nausées, des éruptions cutanées, des démangeaisons, le poids gain, la diarrhée, la perte de cheveux impuissance, la peau sèche, des douleurs thoraciques, de la bronchite, troubles du rythme cardiaque, des contractions musculaires, l'anémie, l'hypoglycémie et la thyroïde faible.
Prozac seule a été associée à plus de 1.734 décès par suicide et plus de 28.000 réactions indésirables
 
POUR EN SAVOIR PLUS ET AGIR
 
SeroxatKillsBabies
 
ils sont à l'origine de dizaines d'assassinats, des milliers de psychoses et modifient l'esprit de millions d'utilisateurs
 
Une étude suédoise estime à 3% le taux de décès par effets indésirables des médicaments. Les antidépresseurs arrivent en troisième position
 
Le Cymbalta, antidépresseur actuellement sur le marché, était testé au cours d’une étude clinique de 6 semaines sur des sujets non dépressifs. Lors de l’étude, il y a eu 11 tentatives de suicide, et 4 suicides effectifs.
 
L’antidépresseur peut-il lui aussi induire un comportement violent à l’égard de soi ou d’autrui ?
Le risque de suicide est connu depuis quasiment toujours : pour des raisons probablement promotionnelles, on a voulu l’oublier avec les nouveaux antidépresseurs (type fluoxétine et apparentés), mais il a fallu se rendre à l’évidence et se rendre compte qu’ils n’étaient pas ces médicaments « miracles » que l’on avait célébrés depuis la fin des années 1980. Pour ce qui concerne la violence à l’égard des autres, l’une des plus récentes études disponibles[1] identifie plusieurs dizaines de médicaments hautement suspects, dans lesquels on retrouve certes des benzodiazépines : mais le risque de loin le plus net semble lié aux médicaments qui augmentent la disponibilité de la sérotonine ou de la dopamine au niveau du cerveau, à savoir et comme par hasard les nouveaux antidépresseurs (fluoxétine et apparentés) et, plus encore, la varénicline (sevrage tabagique).
Irak ; Big pharma a tué plus de soldats que les combattants énnemis
 
Coalition des parents ayant enduré le Suicide
 
l'augmentation alarmante de patients se présentant Dans les salles d'urgence de l'Hôpital avec le syndrome sérotoninergique, UNE forme Potentiellement mortelle de la drogue déclenchée par l'empoisonnement par des antidépresseurs
 
"les adultes déprimés traités par la paroxétine peuvent être six fois plus susceptibles de présenter des comportements suicidaires que les adultes traités par le placebo."
 
Professeur Healy: prozac et suicides
«probablement 50 000 personnes se sont suicidées sur Prozac depuis son lancement, au-delà du nombre qui aurait fait si elle n'est pas traitée. "
 
LIST OF SOME OF THE CASES OF HOMICIDES AND ATTEMPTED HOMICIDES THAT HAVE OCCURRED ON SSRI, SNRI & OTHER ANTIDEPRESSANTS,
 
Les résultats de cette étude montrent que, chez les personnes de plus de 65 ans, le traitement par antidépresseur est significativement associée à un risque accru de mortalité à long terme, en particulier de causes cardiovasculaires.
 
200.000 personnes meurent chaque année des médicaments sur ordonnance, mais seulement 20.000 meurent à la suite de l'utilisation de drogues illégales
 
Le résultat aurait été le même si on leur avait donné un antidépresseur ISRS qui inhibe le métabolisme de la sérotonine. C’est un holocauste national.
 
Toute interruption abrupte du traitement ou diminution de la dose peut provoquer des symptômes graves ou même mortels
 
En juin 2001, un jury au Wyoming a déterminé que la drogue Paxil / déroxat, un antidépresseur a fait tuer un homme son épouse, sa fille et sa petite-fille avant de massacre lui-même. Le jury a attribué à la famille survivante $8 millions dans les dommage

déroxat / séroxat /paxil : la thalidomide de la santé mentale

Procès de Francis Proulx: une autre psychiatre met l'Effexor en cause
Une seconde psychiatre a attribué mardi le meurtre de Nancy Michaud à l'Effexor, l'antidépresseur que consommait Francis Proulx.

le coté obscur des médicaments psychiatriques
études de cas
 
Colombine survivor met en garde contre les dangers des antidépresseurs
Le premier antidépresseur Eric Harris a été donnée était Zoloft. Dans les six semaines suivant la prise du médicament signalés Eric qu'il avait des pensées suicidaires et homicides. Il est clair médecins soupçonnaient l'antidépresseur, car ils l'ont arrêté le médicament immédiatement. Eric Harris a été prise d'utiliser ce médicament mais a été mis sur Luvox.Le Luvox fit aussi avoir des pensées violentes et meurtrières intention Eric Harris tué des étudiants de Columbine. Les familles de Columbine a déposé une poursuite en justice contre Solvay, le fabricant de l'antidépresseur Luvox. Les compagnies pharmaceutiques ont menacé de contrer sue aux victimes de Columbine pour un résultat toutes les victimes ont rétracté leurs poursuites judiciaires, sauf Mark Allen Taylor.Mark s'est levé à la pression et d'intimidation par la compagnie pharmaceutique qui a eu grand-chose à perdre par la publicité causée par Marc histoire tragique des victimes

« Pousser les enfants au suicide avec les pilules du bonheur. »
professeur peter Gotzsche (anglais)

Suicide chimiquement induits : 80 pour cent des victimes de Suicide prend des antidépresseurs
Pas un seul mot est écrit au sujet du fait plus convaincant : plus 80 % des personnes se tuer ont été traités avec des médicaments utilisés en psychiatrie," écrit de Janne Larson.l

Admin · 1147 vues · Laisser un commentaire

Lien permanent vers l'article complet

http://lespilulesquituent.sosblog.fr/pilules-qui-tuent-b1/antidepresseurs-b1-p70.htm

Commentaires

Cet article n'a pas de Commentaire pour le moment...


Laisser un commentaire

Statut des nouveaux commentaires: Publié





Votre URL sera affichée.


Veuillez entrer le code contenu dans les images


Texte du commentaire

Options
   (Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)